Mise en place d’un forum en ligne pour la Formation professionnelle

Afrique Francophone (2003) : Réseau d’échanges Coopération et Solidarité Internationale – Formation Professionnelle / CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale) / Ministère des Affaires Sociales, du travail et de la Solidarité.

ACTION : Grâce à la en place et animation d’un système électronique d’échanges d’informations, au profit des acteurs du secteur, il s’agissait de poursuivre et d’enrichir la première phase de réflexion selon les deux axes choisis :
-  Faciliter les échanges sur les questions méthodologiques ou pratiques.
-  Élargir cette première réflexion à d’autres participants.

MÉTHODE : Afin de pallier les contraintes des réseaux lents dans les pays du Sud et d’offrir un système souple aux participants, il leur a été proposé de contribuer simplement par réponse aux mails reçus. En effet, la réception ou l’envoi d’emails se révélant plus simple d’utilisation, notamment au Sud. L’utilisation d’un logiciel en ligne pour gérer l’ensemble de ces contributions a été choisie. Le principe est simple : Chaque email envoyé à l’adresse de la liste de discussion est reçu, aprés modération, par l’ensemble des personnes abonnées à cette liste.

RÉSULTATS : Au départ de cette liste de discussion, les 150 participants à « l’atelier d’échanges du 24/10/02 » et au « séminaire de restitution du programme FAPAFE » ont été inscrits. À la fin de l’action, cette liste de discussion comptait 369 abonnés, acteurs reconnus et impliqués dans les actions de formation et d’éducation au Sud. 28 acteurs ont contribué à nourrir les échanges de cette liste sur une période de six mois, pour 60 messages parus sur la liste. En rapport du nombre d’inscrits (369), le pourcentage de participants actifs (28) est de 8%. Malgré ce faible pourcentage, il est à noter que chaque message paru sur la liste intégrait un lien pour une « dés- inscription automatique ». On peut en déduire que ces (369) acteurs du secteur ont trouvé un intérêt à être inscrit à la liste et à lire les contributions ou informations sur le secteur.